Devenir indépendant

DEVENIR INDÉPENDANT

 

A la création de l’entreprise, le nouvel entrepreneur doit savoir convaincre les investisseurs, son banquier, être un bon commercial mais aussi savoir communiquer, être un recruteur éclairé.

Et la liste n’est pas exhaustive. Si la réussite est au rendez-vous, le chef d’entreprise doit alors se muer en bon gestionnaire, mettre en place une organisation adaptée, des processus efficaces, tout en veillant à rester fidèle aux valeurs qui ont fait le succès initial de l’entreprise.

Tous les chefs d’entreprise le savent, même s’ils ne l’avouent qu’à demi-mot. La solitude est la difficulté majeure à laquelle ils font face. Un phénomène encore plus fort pour les jeunes entreprises et celles de petite taille.

La charge de travail est colossale, les responsabilités souvent énormes avec peu de conseillers avisés pour s’assurer de faire les bons choix aux bons moments et la vie personnelle mise entre parenthèses. Nous sommes une grande majorité à avoir oublié, le temps des premières années, la signification du mot vacances.

Mais, le plus difficile est sans doute de ne pas pouvoir prendre le recul nécessaire à la bonne conduite d’une entreprise, solliciter le conseil de personnes à la fois bienveillantes mais non-complaisantes, de collaborateurs pouvant aider à la pérennisation, au développement de l’aventure. Investir, recruter, licencier, vendre… Être chef d’entreprise peut se transformer parfois en véritable chemin de croix pour celles et ceux qui n’y sont pas préparés.

 

Une aventure humaine

Pour autant, être chef d’entreprise c’est le plus souvent participer à une belle aventure humaine. Belle par son ampleur, belle par sa destination, belle par sa part de liberté acquise et l’épanouissement procuré. Si nombre de chefs d’entreprise croulent sous le travail et les responsabilités, la plupart comprennent très rapidement que la réussite passe par le respect de trois règles d’or: savoir s’entourer et déléguer, savoir prendre du recul et garder son regard tourné vers l’horizon, savoir passer la main pour grandir plus encore.

Une dernière règle qui, il est vrai, est difficile à accepter pour ceux qui ont créé leur structure, qui la considèrent comme leur « ‘bébé ». Difficile d’admettre que les qualités pour créer et développer une entreprise sont différentes de celles nécessaires pour la pérenniser et la faire croître.

Pour terminer, rappelons aussi qu’être chef d’entreprise, est une aventure au service de la création de valeur et de l’emploi pour un territoire, une région et pour son pays. C’est offrir en partage un projet de vie à des femmes et des hommes qui vont devenir l’âme de l’entreprise. Être chef d’entreprise, cela n’est ni une question de genre ni de hasard, c’est le choix exigeant de l’ambition. Celle qui nous pousse à construire l’avenir, à aller de l’avant. Être chef d’entreprise, n’ayons pas peur des mots, cela devient une fierté à mesure que l’entreprise devient une personne morale autonome et pérenne.

 

10653424_10152550207519425_1077827190082218422_n

Publié dans Bien être, Développement personnel | Commentaires fermés sur Devenir indépendant

Augmenter la dopamine dans votre cerveau

Augmenter la dopamine dans votre cerveau

« La dopamine est reliée au sentiment de satisfaction; connue pour avoir une fonction importante dans la prise alimentaire, c’est un neurotransmetteur qui aide à contrôler les centres de récompense et de plaisance dans notre cerveau. La dopamine contribue également à normaliser le mouvement et à gérer les réactions émotives, et nous permet de percevoir des récompenses et de prendre des mesures pour se déplacer vers eux. » –

Il est intéressant de noter que: La dopamine est un neurotransmetteur puissant dans le cerveau. En fait, c’est le produit chimique directement responsable de la motivation et de la concentration du cerveau.

Qui ne souhaite pas être plus motivé et concentré?

Ce qu’il y a de vraiment excitant avec la dopamine c’est qu’elle peut être augmentée! Oui, vous pouvez efficacement améliorer votre motivation, votre concentration et votre humeur en prenant des mesures naturelles permettant d’augmenter les niveaux de cette substance dans le cerveau!

Donc voici 10 façons d’augmenter les niveaux de dopamine et de stimuler la productivité:

1. Ne développez pas une dépendance

Beaucoup de gens développent une dépendance à quelque chose parce que cela leur apporte une sorte de satisfaction instantanée – drogue, alcool, relations intimes, pornographie, shopping, et autres comportements de dépendance auraient l’effet contraire sur les niveaux de dopamine à long terme. Fondamentalement, lorsque nous sommes trop dépendants de quelque chose, « le circuit de récompense » de notre cerveau devient surexcité et nous implore une « solution rapide ». Ce n’est pas une solution viable pour la production de dopamine, qui peut et doit être accomplie naturellement.

2. Une liste de petites tâches

La production de cette substance augmente lorsque nous sommes organisés et que nous accomplissons des tâches – peu importe si la tâche est petite ou grande. Alors, ne laissez pas à votre cerveau se soucier des choses qui doivent être faites. Au lieu de cela, faites une liste de ces tâches puis cochez les points au fur et à mesure.
Il a été démontré qu’il est plus satisfaisant pour les niveaux de dopamine dans le cerveau d’élaborer une liste de tâches à accomplir de façon à les énumérer et pour s’en rappeler.

3. Créez quelque chose

Pour nous les écrivains, peintres, sculpteurs, poètes, chanteurs, danseurs et autres artistes, nous pouvons nous identifier à cela. Lorsque nous sommes en phase créative, nous pouvons devenir hyper-engagés. Par conséquent, nous pouvons entrer dans un état particulier de réceptivité.
En résumé, la dopamine est la substance chimique libérée par le cerveau lorsqu’un comportement nous permet d’atteindre cet état.

Voici la leçon que vous devez retenir: adonnez-vous à un passe-temps ou une activité dans laquelle vous créez quelque chose qui a des effets bénéfiques tangibles. Essayez quelque chose comme les arts, l’artisanat, la réparation automobile, le dessin, la photographie, ou autre chose qui semble intéressant.

4. Faites de l’exercice

On ne peut nous le répéter assez souvent. À maintes reprises on nous rappelle l’importance et les avantages de l’exercice physique, et c’est un détail qui doit de nouveau être ajouté à cette liste. Car non seulement l’exercice nous aide à soulager le stress, atteindre une meilleure santé physique, nous rend plus productif; mail il stimule notamment le niveau de cette substance.
Plus précisément, l’exercice augmente la production de neurotransmetteurs – la sérotonine et les endorphines, en plus de la dopamine (qui augmente notre sensation de bien-être) reçoit un coup de pouce.

Notez que: l’exercice ne doit pas être ardu. Vous promener ou monter des escaliers permettra d’atteindre une montée de ce neurotransmetteur.

5. Établissez une série de victoires

Comme avec la création d’une liste de tâches, établir une série de victoires est une excellente façon d’augmenter les taux de dopamine. Cela est un rappel visuel du nombre de jours consécutifs où vous avez réalisé quelque chose.

Procurez-vous un calendrier précisément dans ce but: écrivez ce qui vous passionne, votre but, et les jours et les mois où vous avez prévu de les faire. Par exemple, si vous travaillez lundi, mercredi et vendredi, marquez ces jours dans le calendrier pour le mois. Lorsque vous effectuez une séance d’entraînement, marquez-le sur le calendrier. En établissant une série de victoires, vous maintenez l’élan de la dopamine.

6. Écoutez de la musique

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la musique vous rend heureux? Nous pouvons avoir le cafard, mais une fois que nous jouons notre morceau préféré, nous retrouvons le sourire …et nous nous sentons plus sûrs de nous aussi!

La raison de ceci est qu’écouter de la musique augmente les niveaux de dopamine.

7. Méditez

Comme avec l’exercice, nous découvrons de plus en plus les avantages de la méditation. De nouveau, nous l’ajoutons à la liste des pratiques. Comme nous en avons parlé, le cerveau humain est sensible à une variété de dépendances. Une autre dépendance que nous avons est ‘la suranalyse’. Au point que certains bouddhistes ont une expression pour cette addiction: « esprit de singe ».

La suranalyse est non seulement une habitude distrayante, mais aussi une contrainte réelle qui nous laisse dans un état troublant, tout en ayant un effet négatif sur notre développement spirituel.

Cependant, les scientifiques sont enfin en train de rattraper ce que les bouddhistes savent depuis des milliers d’années: la méditation et la pleine conscience sont essentielles pour un esprit sain.

Il a aussi été démontré que la prière et l’auto-réflexion augmentaient les niveaux de dopamine.

_________________
Sophie BOULANGER
zen_palateAccompagnements :
Projet de vie – Potentiel – Bien-être
Travail  – Confiance en soi

http://www.neurodetente.fr/
http://www.sophiecoach2vies.fr/
http://www.neuroperformances33.fr/

Publié dans Bien être, Développement personnel | Commentaires fermés sur Augmenter la dopamine dans votre cerveau

Pour être heureux, laissez de côté

POUR ÊTRE HEUREUX, LAISSEZ de CÔTE

  • Le fait de vous rabaissez
  • L’envie d’avoir toujours raison
  • Vos pensées limitantes
  • Vos regrets
  • Les excuses pour vous même
  • Le besoin de plaire à tous
  • Les personnes toxiques
  • La médisance et les plaintes
  • Le besoin d’impressionner
  • Vos inquiétude sur l’avenir

 

images boudha

Publié dans Bien être, Développement personnel | Commentaires fermés sur Pour être heureux, laissez de côté

J’apprends à PRI-O-RI-SER !

J’apprends à PRI-O-RI-SER !

Le problème apparait lorsque ce que nous faisons n’est pas au service de ce qui est le plus important dans notre vie. – Stephen Covey

Réfléchir au SENS de SA VIE
S’interroger sur le sens et la direction que l’on donne à sa vie permet de lâcher prise plus facilement sur les éléments qui nous paraissent, après coup, secondaires.
Négliger cette question, c’est prendre le risque de s’épuiser à poursuivre des objectifs futiles pour s’apercevoir, parfois plus tard, que l’on ne fait rien de bien important !!!!

Ne pas avoir peur de L’INTROSPECTION
En effet, se poser des questions sur le sens de sa vie nécessite de se poser lors d’un moment calme et de se servie de ce moment à bon escient.
Mais encore faut il ne pas avoir peur de regarder au fond de soi….
Qui sait, en effet, ce que l’on va y trouver ?
Il est parfois plus facile de foncer tête baissée sans se préoccuper de qui l’on est vraiment !

Se fixer des objectifs RÉALISTES
Quand on sait ce que l’on veut réellement, il est bien plus facile de laisser tomber sans trop de regrets ce qui ne correspond pas à cet objectif.
Mais attention à ne pas tomber dans deux pièges fréquents.
Premièrement, les objectifs qui ne sont pas vraiment les nôtres.
Et deuxièmement, les objectifs tellement ambitieux qu’ils en deviennent irréalisables !

 

ob_0ac1f1_1006274-559430977453000-1276891557-n

Publié dans Bien être, Développement personnel | Commentaires fermés sur J’apprends à PRI-O-RI-SER !

ZEN et ORGANISE

ZEN et ORGANISE

TROP. Trop de tout. Trop de possibilités. Trop de sollicitations. Trop de choses à faire. Trop de choix dans les rayons. Trop de choses dans nos maisons. Trop d’informations à lire. Le trop est partout. Il envahit tout, nos espaces, de vie, de travail, notre agenda, nos ordinateurs, nos messageries. Il encombre nos vies, il sature notre cerveau, il nous écrase.

Et si, finalement, la modération était la clé d’un rapport au temps pacifié et de notre équilibre ?

Et si, plutôt que de chercher comment faire pour accomplir toujours plus dans un temps forcément limité, nous choisissions délibérément de restreindre nos envies et de revenir à des ambitions plus réalistes ?

Notre vraie liberté ne pourrait-elle pas résider dans notre capacité à limiter notre appétit toujours plus grand ? Ce même appétit qui nous pousse parfois, de manière frénétique et incontrôlée, à vouloir toujours plus, à vivre toujours plus d’expériences, à viser toujours plus haut, à travailler encore plus fort pour pouvoir nous offrir encore plus de possessions matérielles, lesquels finissent invariablement par nous encombrer et pour lesquelles nous dépensons, en bout de course, beaucoup de temps et d’énergie lorsque l’envie nous prend de désencombrer et d’alléger notre vie… La boucle est bouclée !

Assez, c’est combien pour vous ?

Suis-je en capacité de me satisfaire, aujourd’hui, de ce que j’ai déjà ?

Est-ce que je prends le temps, lorsque j’ai atteint un objectif, ou un simple palier, de savourer le chemin parcouru avant de jeter toutes mes forces dans un autre graal à atteindre ?

Une invitation à faire la paix avec soi

La modération nous apprend à reconnaitre nos propres limites et à détecter que ce énième projet sera probablement le projet de trop, celui que nous aurons du mal à honorer et qui nous éloignera définitivement de notre équilibre.

10409308_658398830935177_2073623679754070974_n

Publié dans Bien être, Développement personnel | Commentaires fermés sur ZEN et ORGANISE

Le coaching et VOUS

Le COACHING et VOUS

A tout moment nous pouvons apprendre de nouvelles choses et de nouveaux comportements.

apprendre à nous affirmer et à développer notre confiance en nous
apprendre à communiquer de manière efficace
apprendre à aller de l’avant dans notre vie
apprendre à nous créer de bonnes relations professionnelles, amicales et affectives
apprendre à nous débarrasser d’un problème ou d’une situation désagréable qui se répète

N’attendez pas que les choses se passent, que les autres et les événements décident pour vous.

 VOS CAPACITÉS PEUVENT SE DÉVELOPPER

VOUS disposez de TOUTES les ressources pour relever les défis de votre vie

que devez-vous faire pour réaliser ce que VOUS VOULEZ vivre ?
comment utiliser VOS ressources ?
quels blocages vous empêchent de vivre ce que VOUS VOULEZ vivre ?
quels nouveaux apprentissages devez-vous acquérir pour aller de l’avant dans VOTRE

vie ?

Ce sont les réponses à ces questions que l’on cherche ensemble lors des séances selon votre situation et vos objectifs personnels.

UN ACCOMPAGNEMENT EN ACCORD AVEC VOTRE ÊTRE INTÉRIEUR

dans la résolution de la situation dont vous ne voulez pas ou ne plus ÊTRE
dans la redécouverte et la confiance en VOS capacités personnelles

A VOS MARQUES, PRÊT, FAITES VOUS COACHER !!!!!!

10625014_769906953073558_943110808691497696_n

 

Publié dans Bien être, Développement personnel | Commentaires fermés sur Le coaching et VOUS

Le besoin de réussite

LE BESOIN DE RÉUSSITE

Réussir sa vie, quel bel objectif , en effet !

Mais au fond, que cela signifie-t-il pour vous ?
Comment vous y prenez-vous pour atteindre votre objectif ?

Il est important de se poser ces questions pour prendre conscience de sa propre définition de la réussite.
Une fois encore, nous sommes emprunts de schémas qui ne nous appartiennent pas .

* Que signifiait réussir dans votre famille ?
* Quelles sont les personnes qu’on vous a présentées comme modèles de réussite dans votre enfance ?
* Avez-vous choisi le métier qui est le vôtre pour répondre à des attentes extérieures ? Lesquelles ? Celles de qui ?
* A votre avis, vos parents pensent-ils avoir réussi leur vie ? Pourquoi ?
* Êtes-vous d’accord ? Pourquoi ?

Halnaker-Windmill
Publié dans Bien être, Développement personnel | Laisser un commentaire

Quel est votre métier idéal ?

Quel est votre métier idéal ?
Dans l’idéal, le travail que vous avez choisi vous plait.
Vous vous sentez compétent, utile et reconnu.
Mais la réalité est parfois bien différente.
D’abord, parce que vous n’avez pas toujours choisi le métier que vous exercez.
Ensuite, parce que, même dans ce cas, vous pouvez ressentir une inadéquation entre ce que vous faites et ce que vous voudriez réellement faire.
Et parfois, ce que vous faites au quotidien n’a rien à voir avec l’idée que vous vous faisiez de ce métier !Il est possible cependant d’envisager un emploi qui vous conviendrait mieux.

Si vous pouviez être payé pour faire ce qui vous plait le plus, que feriez vous ?
N’hésitez pas à rêver …

Toute action voit son origine dans une pensée qu’on a laissé germer, puis grandir.

Y a-t-il un métier qui correspond à cela ?
Sinon, pouvez-vous le créer ? Renseignez-vous !

Pour nourrir cette idée, agissez pendant les semaines qui viennent comme si vous vous réalisiez dans ce métier.
Par exemple, si vous avez écrit « photographe » allez prendre des photos etc …..

10690229_10152671202437582_4063216585788268627_n
Publié dans Bien être, Développement personnel | Laisser un commentaire

Neurofeedback le cerveau guérisseur

Neurofeedback, le cerveau guérisseur

 

Le neurofeedback fait de plus en plus d’adeptes dans l’Hexagone.

Mais la technique, basée sur une mesure de l’activité bioélectrique du cerveau et une intervention consciente ou non du sujet pour correction en cas de trouble, n’est pas vraiment nouvelle.

Élaborée à partir des années 1960-1970 aux États-Unis, elle s’appuie sur les recherches des neurologues Joseph Kamiya et Neal Miller, lesquels mettent en lumière l’influence de la volonté sur le corps.

Leurs expérimentations montrent la capacité de contrôle d’un sujet sur l’émission de certaines de ses ondes cérébrales (type alpha), et également sur des comportements physiologiques, comme le débit du flux sanguin.

Suite à ces découvertes, des protocoles de neurofeedback se développent, basés sur la capacité d’autocontrôle du sujet sur l’activité bioélectrique de son cerveau dans un but thérapeutique.

Cette dernière est ainsi mesurée au moyen d’un électroencéphalogramme (EEG). Un feedback (une information retour) est envoyé en cas de « signal atypique » détecté, avec pour objectif la régulation des fonctions cérébrales par le sujet lui-même.

Les études se multiplient, prouvant l’impact positif du neurofeedback sur la diminution de la fréquence des crises d’épilepsie, sur le TDAH (Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) ou sur des vétérans du Vietnam.

Connecter les neurones

Ce type de neurofeedback, dit de première génération, est basé sur un entraînement du patient sur son activité cérébrale, qu’il tente de réguler volontairement par la force de la pensée, et a pour cible un trouble en particulier, déterminé à l’avance. C’est l’approche privilégiée par certains psychologues (voir ci-dessous). Celle-ci se distingue nettement d’une autre approche, appelée dynamique, développée il y a dix ans en France et utilisée par la majorité des praticiens, soit une centaine dans le pays. Reposant sur le système informatisé NeurOptimal, elle permet au patient de n’avoir aucune action consciente à effectuer, le cerveau se régulant tout seul.

Installé dans un fauteuil, le patient écoute de la musique. Deux électrodes placées sur le haut du crâne enregistrent son activité neuronale, de manière indolore. Lorsqu’un pic d’activité neuronale est détecté, une micro-interruption du son intervient, inaudible pour la personne, mais perceptible par le cerveau. Celui-ci, en réponse à ce feedback, se réorganise et s’autorégule. « Le but n’est pas d’agir sur un trouble en particulier. C’est le cerveau qui lui-même décide à quel niveau il veut intervenir », explique Anne Maury, épouse du chef d’orchestre Emmanuel Krivine, qui pratique le neurofeedback dynamique depuis sept ans. « La notion de plasticité neuronale est au cœur de l’efficacité de la technique. Les connexions entre les neurones peuvent, en fonction des événements, d’un traumatisme ou de mauvaises conditions s’abîmer, mais surtout se réparer », poursuit la praticienne. Elle reçoit adultes et enfants, pour des troubles comme les problèmes de sommeil, le stress, le manque de confiance, de concentration ou de créativité, les addictions mais aussi l’autisme et le handicap mental des enfants. « Les effets peuvent parfois se faire sentir dès la première séance, mais plusieurs séances rapprochées sont nécessaires pour consolider les acquis », précise-t-elle, insistant sur son approche originale « neuro-psycho musico thérapie ». Elle choisit en effet une musique spécifique en fonction de chaque patient, « adaptée à son état ».

Élaborée par deux Canadiens, Sue et Val Brown, à la tête du Zengar Institute, le système NeurOptimal s’appuie, selon ses concepteurs, sur un algorithme élaboré par Dennis Gabor, prix Nobel de physique en 1971 pour ses travaux sur l’holographie. « Ce système part du principe que le cerveau peut se transformer beaucoup plus rapidement en utilisant des circuits neuronaux inconscients », précise Anne Maury, qui indique que le neurofeedback montre une efficacité dans 95 % des cas, « et d’ailleurs pas forcément là où la personne l’attendait de prime abord ». Technique non invasive, – aucun courant via les électrodes n’est en effet envoyé au cerveau –, le système NeurOptimal ne comporte pas d’effets secondaires connus. Néanmoins, la pratique du neurofeedback dynamique étant libre, seulement conditionnée par l’acquisition d’une machine, les profils des praticiens sont très variables. En vue d’une séance, il est prudent de vérifier au préalable ses références et l’interroger minutieusement sur son approche.

Le Neurofeedback à l’hôpital

Deux hôpitaux proposent une prise en charge clinique de neurofeedback de première génération, c’est-à-dire basé sur l’apprentissage et l’entraînement conscient du cerveau. Leurs approches sont considérées comme expérimentales. À la Pitié-Salpêtrière, à Paris, Olivier Pallanca, psychiatre et neurophysiologiste, traite depuis 2011 les troubles du sommeil. À l’hôpital Sainte-Marguerite de Marseille, le pôle de psychiatrie prend en charge les personnes souffrant de TDAH (Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité).

Isabelle Fontaine

http://www.annuaire-therapeutes.com/neurofeedback-le-cerveau-guerisseur

oregon

Publié dans Bien être, Développement personnel, Santé naturelle | Commentaires fermés sur Neurofeedback le cerveau guérisseur

L’Importance de la confiance en soi

L’Importance de la confiance en soi

« La confiance en soi est le premier secret du succès »
Ralph Waldo Emerson

>>> APPRENEZ A DIRE NON

La gestion du stress est un problème pour les personnes qui ne savent pas dire non.
Car elles pensent qu’elles n’ont pas le choix, qu’elles doivent se montrer indispensables, ou encore qu’elles ne seront plus appréciées si elles refuent
de rendre service.
Elle se chargent donc de responsabilités qui ne sont pas les leurs, ce qui, évidement, engendre encore plus de stress.
Alors, rappelez-vous, que quand vous dites non aux autres, c’est à vous même que vous dîtes OUI !!!!

>>> ARRÊTEZ DE VOUS COMPARER AUX AUTRES

Nous gaspillons parfois beaucoup de temps et d’énergie à comparer notre situation à celle des autres.
Et à quoi cela nous sert-il ?
A nous rassurer ? A nous motiver ? Peut-être.
Mais une chose est sûre : nous serions sûrement plus heureux si nous prenions le temps de faire pousser l’herbe de notre jardin, au lieu de nous répéter
que celle du voisin est plus verte.

>>> CONFIANCE EN SOI ET CALME INTÉRIEUR

La confiance en soi est un jugement que nous portons sur nous même et qui conditionne nos actions, comme une prophétie autoréalisatrice.
Quand notre degré de confiance en nous est positif, notre esprit est disponible pour le calme.
Mais si nous en manquons, au contraire, nous risquons d’alimenter des voix intérieures de reproche qui nous perturberont.

>>> LE CERCLE VERTUEUX DE LA CONFIANCE

L’encouragement peut faire des miracles.
Ainsi, quand le pédagogue chez l’enfant se substitue à la « petite voix intérieure » qui peut être négative, pour au contraire l’encourager,
il le met déjà sur les rails de sa réussite, de son bonheur et de son calme intérieur.

Ensuite, chaque succès nourrit la confiance, et la confiance nourrit chaque succès.

>>> CULTIVER SON JARDIN

Il faut avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses.
Nous pouvons nous consacrer à l’essentiel, « cultiver notre jardin », faire grandir de belles capacités plutôt que de revenir sur nos échecs.
Ceux-ci ne sont pas à nier, seulement à mettre de côté pour avancer et devenir meilleur.
C’est cela qui nous met sur la voie du calme intérieur.

carpates-blanches

Publié dans Bien être, Développement personnel | Laisser un commentaire